J’ai fais une bière (très) forte…et c’était pas un succès!

27/04/2014 4 Par Tata Nat

Dans la vie il faut savoir prendre des risques…et se planter en beauté parfois !

C’est ce qu’il m’est arrivé récemment quand j’ai tenté de faire une bière forte.

Et pas n’importe quelle bière forte: une Eisbock !

Tout a commencé après la rencontre avec Thorsten Schoppe, le maitre-brasseur de la brasserie Brauhaus Südstern.

(ouais c’moi là à côté du géant « Thor »sten ^^)

J’ai appris plein de trucs super intéressant, mais j’ai surtout découvert ce procédé de brassage particulier, que j’ai eu envie de tenter à la maison. Cela tombait bien, j’avais prévu de faire une bière dite d’abbaye.

Il s’avère que sur le papier, faire une Eisbock c’est super facile ! Il suffit en effet de congeler partiellement une partie de sa bière lors de la maturation. L’eau va glacer et l’alcool concentré va pouvoir être soutiré facilement, conférant à celui-ci un goût plus prononcé et un degrés d’alcool plus élevé !

IMG497(l’expresso au houblon dans toute sa splendeur !)

Et jusque là, tout a marché sur des roulettes ! Mon réfractomètre (cet outil magique pour savoir le pourcentage d’alcool et de sucre dans un liquide) m’indiquait même 19 degrés lors du soutirage !

IMG493(Comme sur des roulettes te dis-je !)

Et puis est venu le jour de la dégustation, soit environs 1 mois après la mise en bouteille. De toute façon je n’en avais que pour 2 mini godets vu la quantité produite. Mais au diable l’avarice, moi je voulais de la super qualité et un goût de damné !

IMG528(Une gorgée et au dodo !)

Ouais ouais ouais….le jour de la dégustation, la bière était encore à 14-15 degrés…et était ignoble ! Impossible à boire, trop intense au niveau gustatif. J’imagine que faire une Eisbock à partir d’une bière brune ne fût pas mon idée la plus efficace. Quand au degrés d’alcool, ah oui il était bien là ! Pour le coup, cela ressemblait plus à une liqueur…mais ratée :(

Les bières fortes en soi, ce sont des goûts bien particuliers. Et la Snake Venom, la bière la plus forte du monde à 67,5%, doit être à des années lumière de ce que l’on connait !

Malgré tout, on peut quand même apprécier la petite histoire de la création des Eisbocks, qui est tout aussi cocasse que celle de l’invention du Roquefort!):

« La naissance de la Eisbock n’est pas historiquement attestée. La tradition orale l’attribue à l’erreur d’un des employés d’une brasserie de Haute-Franconie qui aurait laissé les fûts une nuit dehors. Au petit matin, furieux de voir sa bière gelée, le brasseur aurait contraint son ouvrier à boire le breuvage obtenu en guise de punition, à la surprise des papilles gustatives du condamné. »

Via Wikipédia

Et toi lecteur, tu aimes les bières fortes ? Tu as des noms à me communiquer ? Au fait j’suis sur Facebook un peu plus que sur le blog, abonnez-vous et viendez voir ce qu’il s’y passe –> @biereberlinrock