J’ai fais une bière (très) forte…et c’était pas un succès!

Dans la vie il faut savoir prendre des risques…et se planter en beauté parfois !

C’est ce qu’il m’est arrivé récemment quand j’ai tenté de faire une bière forte.

Et pas n’importe quelle bière forte: une Eisbock !

Tout a commencé après la rencontre avec Thorsten Schoppe, le maitre-brasseur de la brasserie Brauhaus Südstern.

(ouais c’moi là à côté du géant « Thor »sten ^^)

J’ai appris plein de trucs super intéressant, mais j’ai surtout découvert ce procédé de brassage particulier, que j’ai eu envie de tenter à la maison. Cela tombait bien, j’avais prévu de faire une bière dite d’abbaye.

Il s’avère que sur le papier, faire une Eisbock c’est super facile ! Il suffit en effet de congeler partiellement une partie de sa bière lors de la maturation. L’eau va glacer et l’alcool concentré va pouvoir être soutiré facilement, conférant à celui-ci un goût plus prononcé et un degrés d’alcool plus élevé !

IMG497(l’expresso au houblon dans toute sa splendeur !)

Et jusque là, tout a marché sur des roulettes ! Mon réfractomètre (cet outil magique pour savoir le pourcentage d’alcool et de sucre dans un liquide) m’indiquait même 19 degrés lors du soutirage !

IMG493(Comme sur des roulettes te dis-je !)

Et puis est venu le jour de la dégustation, soit environs 1 mois après la mise en bouteille. De toute façon je n’en avais que pour 2 mini godets vu la quantité produite. Mais au diable l’avarice, moi je voulais de la super qualité et un goût de damné !

IMG528(Une gorgée et au dodo !)

Ouais ouais ouais….le jour de la dégustation, la bière était encore à 14-15 degrés…et était ignoble ! Impossible à boire, trop intense au niveau gustatif. J’imagine que faire une Eisbock à partir d’une bière brune ne fût pas mon idée la plus efficace. Quand au degrés d’alcool, ah oui il était bien là ! Pour le coup, cela ressemblait plus à une liqueur…mais ratée :(

Les bières fortes en soi, ce sont des goûts bien particuliers. Et la Snake Venom, la bière la plus forte du monde à 67,5%, doit être à des années lumière de ce que l’on connait !

Malgré tout, on peut quand même apprécier la petite histoire de la création des Eisbocks, qui est tout aussi cocasse que celle de l’invention du Roquefort!):

« La naissance de la Eisbock n’est pas historiquement attestée. La tradition orale l’attribue à l’erreur d’un des employés d’une brasserie de Haute-Franconie qui aurait laissé les fûts une nuit dehors. Au petit matin, furieux de voir sa bière gelée, le brasseur aurait contraint son ouvrier à boire le breuvage obtenu en guise de punition, à la surprise des papilles gustatives du condamné. »

Via Wikipédia

Et toi lecteur, tu aimes les bières fortes ? Tu as des noms à me communiquer ? Au fait j’suis sur Facebook un peu plus que sur le blog, abonnez-vous et viendez voir ce qu’il s’y passe –> @biereberlinrock

4 commentaires sur “J’ai fais une bière (très) forte…et c’était pas un succès!”

  1. Est-ce qu’il sagit de la fameuse bière que tu attendais de goûter dont tu m’avais parlé quand nous nous sommes vues? Bon alors, on attend de savoir quelle sera ta nouvelle aventure « bierifique »!!

  2. Ca sera la même vu que cette Eisbock est extraite de ma dernière bière en date, mais qui elle n’est pas encore prête pour la dégustation..chaque chose en son temps ma chère Messer ;)

  3. Merci pour le partage de cette expérience, j’aimerai bien apprendre à fabriquer une bière mais ce n’est pas ce qu’il y a de plus facile apparemment :) Mais tu pourras toujours réessayer avec une autre technique :)

  4. Hello Aurelia ! Ca c’est une bière spéciale mais je le dis et le redis: faire de la bière c’est assez facile ! Si tu veux assister au prochaine brassage, envoie moi un ti mail ou commentaire :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *